Écosse 2017

Frustration d'un jour pluvieux

Frustration d'un jour pluvieux

Ce matin, on a du mal à se lever. La fatigue qui s’accumule se fait sentir. On sait aussi que le soleil ne sera pas au rendez-vous aujourd’hui… Et vu le parcours qu’on a prévu, c’est bien dommage ! On prend donc notre temps avant de décoller du logement vers 9h30.

Il faut d'abord passer au restaurant pour rendre les clés, avant de pouvoir continuer notre route. Il n’y a rien à signer, rien à payer, puisque tout s’est fait en amont via Airbnb. En repartant, on se dit que c’est tellement facile aujourd’hui et on repense aux voyages qu’on a fait avec nos grands-parents dans les années 90. On arrivaient en Suisse ou en Autriche sans aucune réservation. Ils cherchaient un hôtel une fois sur place, devaient remplir un long formulaire à la réception… Tout ça a bien changé !

Avant de filer vers le nord, Stéphane souhaite remonter le col d’Applecross. Je crois vous avoir dit qu’il aime bien rouler… S’en est bien la preuve. En commençant la montée, je lui dis "Je pense que le sommet est dans les nuages…". Il ne me croit pas mais après quelques virages, on en a la confirmation. On continue quand même. On aurait souhaité monter pour le lever du soleil car la veille, la vue sur les îles étaient à contre-jour. Le matin, la lumière aurait été parfaite. Là, on est même pas sûrs de les voir.

Image 01

Sur la partie ouest du col, la vue est très dégagée (par beau temps) ce qui nous permet de nous garer sur une passing place après avoir vu arriver au loin deux motos. La passagère de la deuxième nous fera un pouce levée puis un coucou de la main. On pense à vous motards, qui êtes bien trempés sous la pluie. Car oui, plus on monte, plus c’est humide. Arrivés en haut, Stéphane sort de la voiture quelques minutes mais comme prévu, il n’y a pas grand chose à voir. En redescendant le col, on voit deux cyclistes qu’on a dépassés plus tôt dans la montée. On s’arrête à une passing place pour les laisser passer mais ils s’arrêtent en pleine ascension et nous font signe de continuer. Leur logique nous échappe. On redescend donc sur Applecross avant de continuer notre route, comme prévu.

Aujourd’hui, la frustration est de mise. Clairement, la partie entre Applecross et Shieldaig est une de plus belles routes qu’on ait empruntées… et je vous dis ça alors qu’il faisait moche, qu’il pleuvait sans s’arrêter et qu’on ne voyait pas bien au loin. Imaginez sous le soleil ? Vous comprenez maintenant notre frustration. Tant pis… C’est une excuse pour revenir. Mais on frustrés quand même ! Dans la voiture, on peut entendre des soupirs, des "ça m’énerve !" et autres bruits de contrariétés…

Image 02
Image 03
Image 04

Le paysage est bien plus varié que sur l’île de Skye, et finalement tout aussi beau. Ah ! Ce doit être magnifique par beau temps d’enchainer entre une route qui longe la côte et celle qui ondule à l’intérieur des terres.
Des Highland Cattles sont proches de la route et il y en a même une qui garde une passing place. Je n’ai qu’à ouvrir la fenêtre pour la prendre en photo. Elle est impressionnante d’aussi près. Clairement, je préfère rester à l’abri à l’intérieur. En repartant, on voit dans le rétroviseur que la voiture derrière nous fait de même.

Image 05
Image 06

On se force à s’arrêter quand même de temps en temps. Sur un parking, un ancien van est garé là, ses propriétaires s’occupent comme ils peuvent à l’intérieur. C’est l’avantage d’un van contrairement aux réservations d’hôtels : avoir la possibilité de changer d’endroit ou au contraire de rester jusqu’à ce que la météo s’améliore sans avoir d’obligation soir après soir.

Image 07
Image 08
Image 09

Évidemment, on avance bien plus vite que s’il y avait eu au moins des éclaircies… On ne demande pas le grand soleil ! Chaque virage nous offre une vue différente : une baie, une plage, une colline, une montagne dont le sommet est noyé dans les nuages… "Grrr, c’est frustrant !". Oui, effectivement. Certains diront que ça fait partie du folklore écossais. Ce n'est pas celui qu’on préfère.

Image 11
Image 12

On s’arrête à Torridon, qui sur la carte Michelin est indiqué d’un point blanc entouré d’un gros liseré noir. Ça semble donc être une grande ville, ou au moins un grand village. Comment dire… Je ne sais pas si on peut vraiment dire qu’il est "grand". C’est un village. Il y a quand même un camping, une auberge de jeunesse et un hôtel. Ainsi qu’une quinzaine de maisons…
Ouf, il y a un magasin pour chercher notre repas de midi parce que pour une fois on avait pas assez. Il faut dire qu’à Applecross, on n’avait pas vu de magasin. Après une petite recherche, il se trouve qu’il y en a un : l’Applecross Village Shop ! Il est perdu en pleine campagne, à l’extérieur du village, avec comme seul accès un chemin en terre. Nous voilà donc au General Store & Café de Torridon. Stéphane est tout de suite attiré par les pâtisseries faites maisons exposées sur le comptoir. Le magasin est très petit mais les pâtisseries sont excellentes !

Image 10

La météo ne prévoit aucune amélioration, inutile de rester à attendre une éclaircie. La région de Torridon est connue pour offrir certains des paysages de montagne les plus spectaculaires dans l'ensemble des îles britanniques. Certes, la mauvaise météo ajoute une certaine atmosphère, mais il faudra quand même qu’on revienne un jour pour profiter vraiment de ces paysages et voir le sommet des montagnes… La vallée qu’on traverse semble splendide.

Image 13

On arrive à Kinlochewe et Loch Maree vers 13h. Dire qu’hier nous étions déjà là. C’est un peu plus loin qu’on s’arrête pour manger notre repas de midi, au Beinn Eighe National Nature Reserve Car Park. Il pleut averse, heureusement on trouve de quoi s’abriter. C’est en réalité un abri pour ceux qui veulent laisser leurs chiens dans leur voiture quand ils vont se promener afin qu’ils soient à l’abri du soleil (quand ils ont la chance d’en avoir…). On se gare avec le coffre vers l’abri pour pique-niquer avant de prendre le temps de ranger ces satanées pièces de monnaie si difficiles à différencier.

Image 14
Image 15
Image 20

Les paysages ne cessent de nous surprendre : on passe d’un plateau désert à une forêt en un virage. Lorsqu'on arrive à Gairloch, on s’arrête au port quelques instants; qui se transforment en une vingtaine de minutes qu’on utilise pour se reposer. La fatigue est toujours là et la pluie qui ne cesse de tomber n’arrange rien. La route nous paraît longue, bien que très belle. On bascule les sièges et on fait une micro-sieste avant de reprendre la route. C'est dans ces moments-là qu'on se dit qu'on aurait du trouver des choses à visiter sur la route. Le but principal du voyage était d'en prendre plein les yeux avec les paysages. C'est le cas, mais qu’aurions-nous fait s'il avait plu comme ça non-stop pendant une semaine ?

Image 16
Image 17
Image 18
Image 19

En haut d'une côte, la route est entourée des deux côtés par des rochers et des falaises puis Gruinard Bay apparait comme un mirage devant nous, en contrebas. Plusieurs plages de sable blanc résistent au milieu des rochers. Comme pour le col d'Applecross, ne vous contentez pas de rester sur le petit parking en bord de route. Vous pouvez monter sur la bosse qui se trouve à côté pour une vue encore plus belle.

Image 23
Image 21
Image 22
Image 24

Un peu plus loin, nous voilà entourés d’arbres. Ça fait bien longtemps qu’on en avait pas vu autant ! Ça nous fait un peu bizarre même. Finalement, j’aime bien ces paysages déserts qui nous donnent une vue dégagée sur les alentours.

Alors qu’on prend à gauche vers Ullapool, un panneau clignote pour annoncer un danger sur la route qui tourne à droite : "Ice !". Il fait 7,5°C, comment peut-il y avoir du verglas ? Si c’est le cas, on est bien content d’aller de l’autre côté…

Il n’est que 16h30 quand on arrive à l’hôtel, toujours sous la pluie ininterrompue. C’est bien la première fois qu’on arrive aussi tôt… De l’extérieur, l’hôtel est joli. À l’intérieur, on voit tout de suite qu’il est ancien. Une rénovation ne serait pas de trop. Et ce plancher qui grince ! On l’avait oublié celui-là… Le réceptionniste n’est clairement pas d’ici. On a encore plus de mal à le comprendre que les Écossais ! Bref, on prend notre clé et on va poser nos affaires dans la chambre.

Il est l’heure de faire tourner nos méninges : sur la route, Stéphane réfléchissait déjà aux options qu’on avaient pour profiter de la route qu’on a empruntée aujourd’hui, mais sous une météo un peu plus clémente pour profiter du paysage. Comment modifier le planning prévu pour ces deux prochains jours ? Le programme de demain est déjà bien rempli : monter jusqu’à Durness, le point le plus au nord, avant de redescendre vers Lairg pour la nuit, soit une étape de plus de 200 kilomètres avec pas mal d’endroits à voir. Le sur-lendemain, on est censés redescendre jusqu’à Édimbourg : plus de 5h de route en faisant un petit détour.

Une des options serait de changer le programme du lendemain pour refaire la route d’aujourd’hui et aller dormir à Lairg. Puis après-demain, on aurait le choix entre faire la montée vers le nord avant de redescendre jusqu’à Édimbourg; ou bien laisser complètement tomber le nord. Ça nous parait être beaucoup trop pour une seule journée et laisser tomber le nord serait tout aussi dommage que les paysages à côté desquels on est passés aujourd’hui. Compromis, Compromis… Que choisir ? Est-ce qu’il vaut mieux privilégier la route d’aujourd’hui, dont on sait qu’elle est très belle ou le nord, sans savoir si ça nous plaira ?
Mais au fait, qu’en est-il de la météo pour demain ? Il fait beau dans le coin d’Ullapool entre 4h du matin et 11h. Il fait beau à Durness jusqu’aux environs de 13h.

Une autre option serait de refaire seulement une partie de la route d’aujourd’hui, puis d’enchainer avec le programme prévu qui est la route jusqu’à Durness… Sauf que le petit-déjeuner n’est servi qu’à partir de 7h. Oui, elles tournent les méninges ! Que de calculs et de refléxions. 7h pour le petit-déjeuner, ça veut dire qu’on ne partirait pas avant 8h. C’est tard quand il y a autant de route. C’est là que Stéphane a une illumination : "Et si… ?" Ah oui, j’ai compris. Il est vraiment motivé (et frustré !). "Et si on se lève à 4h30, qu’on part tout de suite vu qu’il fait jour, on revient vers 9h pour le petit-déjeuner et on repart ensuite pour le nord ?" Euh… Oui, pourquoi pas. On se dit que tant qu’on est là, autant profiter au maximum. Dans deux jours, notre voyage sera déjà fini. Autant profiter de chaque rayon de soleil disponible. Va pour un réveil à 4h30 !

En attendant, il est l’heure d’aller au restaurant. Je m’étais notée The Seaforth, qui est juste à côté de l’hôtel. On se présente au comptoir. Le serveur nous explique qu’il y a de l’attente, environ un quart d’heure. On décide de rester pour une fois, au lieu de faire le tour de la ville pour en trouver un autre. Il nous donne alors un livre, un roman de Charles Dickens, sur lequel est inscrit un numéro, le 7. Quand il y aura de la place, il viendra nous chercher. Le couple devant nous a reçu un autre livre, avec un autre numéro. Il nous indique qu’on peut attendre au bar qui se trouve dans un coin de la salle. On préfère attendre dehors sur la terrasse couverte.

Un autre couple vient s’installer à la table d’à côté, avec leur livre en main. On patiente de longues minutes alors qu’il commence à faire frais. Le serveur passe un peu plus tard, en disant au couple qu’une table est bientôt prête. Mais quand il revient quelques minutes plus tard, ils s’excusent auprès d’eux : "I believe these guys were first…" en parlant de nous. Le couple nous lance un "Enjoy !" en souriant.

L’ambiance est très bonne, le lieu est chaleureux. Il y a du monde ce soir ! Les couverts sont tous dans un panier sur la table : chaque client qui se succède se sert. Ce soir c’est hamburger de black angus local pour Stéphane et jambon braisé avec oeuf et frites pour moi. Le serveur s’excuse d’avoir mis du temps avant de venir prendre la commande; il pensait qu’un autre serveur était venu nous voir. Il est très décontracté, ça fait plaisir à voir et c’est très agréable.

Après le repas, on voit deux femmes venir installer des micros. Sur le site du restaurant, on a effectivement remarqué que le samedi soir, il y a un groupe de musique qui se produit. On interpelle le serveur pour lui demander si d’autres personnes attendent pour une table, auquel cas on aurait donné notre place, ou si on pouvait attendre pour écouter la musique. Il dit que c’est bon, il a réussit à caser tout le monde. Mission réussie ! Il nous explique qu’elles sont douées et nous donne le nom du groupe, Cobalt. Voici leurs prochaines dates si vous êtes dans les environs cet été.

J’adore le rire de la chanteuse, elle plaisante avec des clients entre deux chansons au rythme plutôt country. C’est parfait ! Elle joue de la guitare et de l’harmonica (en même temps), quand la deuxième joue de la basse. Elle blague sur le "crappy weather all day long"; oui la météo a été lamentable aujourd’hui. Il faut mettre une dose de bonne humeur ! Alors que des clients s’en vont pendant une chanson, elle leur dit en rigolant qu’elle ne le prend pas personnellement. L’ambiance est top. Un groupe d’hommes à une table du centre de la salle ont l’air bien énergiques et n’hésitent pas à chanter quand elles reprennent une chanson connue. Le serveur aussi y met du sien en dansant pour aller vers le comptoir. On n’a plus envie de partir.

De temps en temps, des clients se lèvent et partent. Ce n’est pas à cause de la musique, car elles sont effectivement douées ! Ça nous gène : il serait temps d’aller se coucher, surtout si on veut se lever à 4h30… mais on se dit plusieurs fois "Allez, encore une…".
Il est plus de 22h30 quand on se décide enfin à sortir. Alors qu’on franchit la porte, on remarque que le ciel est en grande partie dégagé ! Frustration ? Juste un peu !

Image 25