États-Unis 2011

Jour de course à Dover

Jour de course à Dover

Départ à 7h15 de l‘appartement, pour une journée un peu spéciale. On passe au Starbucks à côté de chez nous pour prendre deux croissants et en voiture Simone ! Direction Dover, Delaware. En ce dimanche 15 Mai, évènement sportif à Dover avec la course de Nascar, course automobile américaine typique et sport automobile le plus populaire aux États-Unis.
Mon frère est fan de course automobile depuis longtemps et a commencé à regarder le Nascar il y a quelques années. Résultat : tous les dimanches soirs, on est devant notre télé ! Mais cette fois... c’est pour de vrai !

Image 01
Image 02

Je dois dire que cette journée, comme celle d’Annapolis, nous a donné le virus des road-trips. On a maintenant envie de repartir pour se faire des vacances, non plus à un endroit précis (ou seulement pour un temps), mais en se promenant à travers un état (pas tout le pays quand même) et en traversant des coins comme ça. Là on se rend compte de ce qu’est la liberté.

Image 03

Le GPS, très intelligent encore, nous fera descendre jusqu’à Bridgeville avant de nous faire remonter jusqu’à Dover. On se dit bien que c’est bête, mais bon... niveau temps ça a l’air correct et puis ça nous fera voir du pays ! Surtout que je ne suis pas sûre que ces coins du Delaware soient habituellement très fréquentés par les touristes.

On arrive près du circuit vers 11h20. Mission : trouver le parking. Il y en a plusieurs et nous en avons un bien précis d'indiqué sur notre billet. Je tiens à saluer l’organisation, impeccable, avant et après la course. On se gare sans problème puis on prend la navette jusqu’au circuit. Et qu’est-ce qu’ils utilisent pour faire la navette ? Les School Bus ! D’abord prévu pour le personnel uniquement, le chauffeur lance un "All aboard" pour nous inviter à bord. Il y a une très bonne ambiance, un peu bon enfant, c’est génial. Sutout qu’on est entouré que par des Américain(e)s, ça change des endroits touristiques où l'on entend des dizaines de langues différentes.

Image 04
Image 05

Pendant le trajet, le conducteur fait la conversation en demandant aux passagers s’il y en a qui sont venus par le Chesapeake Bay Bridge et s’ils ont remarqué que le prix de la traversée avait augmentée.
À savoir : s’il pleut la course ne se déroule pas. lls ne courent pas sous la pluie car c'est trop dangereux, la piste étant inclinée. Une fois arrivés au circuit, avant qu’on descende, le chauffeur lance "Enjoy the rain !" Il se fait gentiment huer, et s’empresse d’ajouter en riant "I mean the race, of course !"

Il faut savoir que le circuit peut acceuillir jusqu’à 150 000 personnes. Aujourd’hui, il y en a plus de 100 000 ! Autant dire que l'arrivée au circuit nous suprend en voyant le monde présent. La piste est surnommée Monster Mile d’où le monstre de pierre.

Image 10

Avant de faire le tour, on passe aux toilettes. Vous savez, ces toilettes dans des boites en plastiques ? Je note que le Routard a raison : ne pas essayer de grapiller des places dans les files d’attentes. Là, j’assiste à quelque chose qui va me marquer et qui me fait sourire. Si seulement on pouvait être comme eux...
Huit toilettes, quatre files d’attentes. Une personne derrière l’autre. Aucune file n’est plus proche des toilettes que l’autre. La personne de la file de droite ne va pas au toilette tout à gauche. Deux toilettes pour une file. Et ça défile à une vitesse ! Quelle efficacité ! Qu’on en prenne de la graine. Quand plusieurs jours plus tard on sera dans la queue pour les tickets de la Statue de la Liberté, entourés de touristes,... ça sera bien différent.

Après cet épisode (très intéressant cette pause WC pas vrai ?), on commence à arpenter les stands d’expositions. Évidemment il y tout le merchandising de chaque pilote, mais aussi des voitures exposées dont cette de Dale Earnhardt, Jr. et de Jimmie Johnson (5 fois champion), mais aussi l’armée présente en grande pompe ! Hélicos, hummers...

Image 07
Image 08
Image 06
Image 09

Après un petit-dog compris dans les billets d'entrée, direction les tribunes... gigantesques ! On entre dans le circuit et là wouaw... C’est grand ! Et pourtant, ce n'est pas le plus grand circuit de la saison, loin de là !

Image 11

Avant la course, il y a toute un cérémonial avec un mot et un remerciement envers les membres des forces armées. D’ailleurs ils demenderont à ceux présents dans les tribunes de se lever pour qu’ils puissent être applaudit. Puis s’en suit la présentation des pilotes avant l’hymne national vers la fin duquel des avions survolent le circuit. On a beau le voir de temps en temps à la télévision, je dois dire que j’avais des frissons et la larme à l’oeil à ce moment là... On a même eu le droit aux parachutistes ! Y a pas de doute, ils savent faire le show.

Image 12
Image 13
Image 14
Avant la course, ceux qui s’occuperont du ravitallement s’échauffent.

Puis la fameuse phrase "Gentlemen, start your engine !"
Avant de partir, j'avais demandé à mon frère s'il voulait emmener les boule quies au cas où le son des moteurs serait trop fort. Il m'avait répondu que s'il allait voir une course, c'était pour entendre ce bruit justement. Quand les quarante-trois V8 se sont mis en marche, ma réaction a était "Ça va encore, c'est supportable..." Oui, sauf qu’ils sont pas à fond là... Je changerai d’avis un tout petit peu plus tard. Même mon frère, qui a vu le Rallye, la Formule 1, la Superbike... dira que c’était à la limite du supportable ! Il les aurait bien voulu ces boule quies...

Image 15
Image 16
Image 17
Image 18

Pendant une semaine, tous les jours, je vérifiais le temps pour cette journée de peur qu'elle soit gâchée par la pluie et qu'on doive revenir le lendemain si al course avait été repoussée. Ça changeant toutes les deux heures. Au final, j’ai laissé tombé. On verra bien, je m'étais dit.
La course a commencé depuis quelques temps déjà quand, horreur, des gouttes... On sent des gouttes ! Arghhh. Drapeau jaune pour neutraliser la course... puis finalement ça ne durera pas, ça se dégage déjà. C'est assez drôle d’ailleurs de voir un coin de ciel bleu juste au dessus du circuit, et des nuages tout au tour. Drôle aussi de voir la vitesse à laquelle les gradins se vident dès qu'il y a un drapeau jaune. Les spectateurs filent tous au toilettes ou au stand pour s'acheter de quoi manger.

Image 19
Image 20
Image 21

Bilan à la fin de la course : gros coup de soleil... à droite. En gros, le côté droit mon visage et mon bras droit brûlent et sont rouges comme une écrevise... mais pas l’autre côté. En résumé, je ressemble à un pot de glace vanille-fraise.

Image 22
Image 23
Image 24
Image 25

On se dirige de nouveau vers la sortie, rebelotte pour le School Bus qui va faire un détour... Il va même aller sur l’autoroute, alors qu’il aurait pu faire demi-tour là où il était arreté. Nan, nan, on fait tout le tour. Ça fait une petite balade ! Mais monter sur l'autoroute dans un bus qui n'a pas de ceintures de sécurité... ce n'est pas très rassurant.

Image 26
Image 27

Encore une fois, coup de chapeau à l’organisation. Chez nous, quand il y a un évènement avec 30 000 personnes, ça bouchonne. Là, que dalle ! Et on a compris pourquoi plus tard sur la route. À 50 km du circuit, il y a encore des personnes aux intersections qui font la circulation !

Image 28
Pour rentrer, c’est pas compliqué : c'est tout droit !

C’est là que mon frère voit un gros tuck dans le rétroviseur central. Il pense d’abord que c’est un camion normal... jusqu’à ce qu’on remarque sa remorque. C’est un camion d’une écurie, celui qui transporte les voitures. Au final, on en verra 4 ou 5 dont celui de Juan Pablo Montoya, le pilote fétiche de mon frère. D’ailleurs, il ralentira exprès pour se faire dépasser par ces camions.

Image 29
Image 31
Image 32

Qui suit les camions ? Les motor-home des pilotes... qui tirent des pick-ups... sur lesquels il y a leur voiture de golf ! Oui, les US... c’est bien le pays de la démesure.

Image 30
Image 34
Image 33
On se prend une petite averse et exactement 5 minute plus tard, plus rien !
Image 35
Image 36
Image 37

En rentrant, on s’arrête devant le Pentagone puis on va faire un petit tour près du Mall pour voir les monuments de nuit. On s’arrête sur Ohio Drive pour faire quelques photos du Jefferson Memorial et du Washington Monument. Puis un peu plus loin pour admirer le Lincoln Memorial de nuit (magique !) et le Mall... à couper le souffle.

Image 38
Image 39
Image 40
Image 41
Image 42
Image 43
Image 44
Image 45

Il est 22h quand on rentre à l'appartement. Après cette longue journée, direction dodo !