États-Unis 2011

Les visites incontournables

Les visites incontournables

Deuxième matin qu’on se réveille dans la Grosse Pomme... on est presque déjà habitués. Ce matin, quelques rayons de soleil nous prouvent que oui, il peut y avoir du soleil à New York. On commençait à en douter.
Hier on a décidé de reporter la visite de la Statue de la Liberté faute de soleil, alors cette fois, debout très tôt et on sort de l’appartement à 8h du matin. Heureusement, nous ne sommes qu’à environ un quart d’heure à pieds du départ des ferrys. Comme la veille, on longe l’Hudson, avec vue sur le New Jersey, mais cette fois le soleil tape dans les bâtiments et on les voit mieux.

Pour ceux d'entre vous qui ont lu le récit depuis le début, vous vous souvenez de l’anecdote de la file d’attente pour les WC à la course de Nascar ? Et bien pour les tickets de la Statue, c’est tout l’inverse ! Un gros groupe d’une trentaine de personnes est entassé et essaye de savoir quelle est la caisse la plus rapide... Normal je dirais, c’est surtout des touristes étrangers qui sont là.

On a nos tickets pour une embarcation à 9h. Alors direction la file d’attente pour la sécurité. Depuis notre départ de Francfort, on ne compte même plus le nombre de fouilles qu’on a passées, alors on est prêt : ceintures, clés, montres... tout est enlevés avant même que ce soit notre tour.

On grimpe sur le ferry : ah ouais... ça bouge ! Et pas qu'un peu. On attend les derniers passagers, et comme à plusieurs reprises dans les lieux touristiques de la ville : woaw... y a du monde !

Le ferry se met en route et on s’éloigne pour la première fois de l’île. On mitraille. On mitraille Manhattan, on mitraille la Statue...

On met ensuite pied à terre sur Liberty Island. C’est vrai que d’être sur le premier ferry est un avantage puisqu’il n’y a encore personne sur l’île. On a encore des rayons de soleil, mais au-dessus du nord de le Manhattan, il y a des gros nuages qui menacent alors l’Empire State Building.

Alors qu’on fait le tour de l’île, un autre ferry arrive déjà : bondé ! J’ai pendant une seconde l’impression d’être retournée dans le passé et de voir un navire arriver, avec à son bord des centaines d’immigrants...

On décide ensuite de rentrer dans le pied de la Statue. Je ne savais pas qu’on pouvait entrer et monter jusqu’au piédestal. Je croyais qu’il fallait un ticket spécial, et bien non. Le ticket spécial n'est que pour l'accès à la couronne. Le priédestal est accéssible à tous. Avant d’entrer, on doit laisser nos sacs dans les casiers, fermés grâce aux empreintes digitales. Ça c’est de la sécurité !

On fait un petit tour dans le musée, et on décide de monter tout de suite, au cas où les nuages arriveraient trop vite. Nous on est courageux, on prendra l’escalier ! Le monsieur assis sur sa chaise nous demande d’où on vient, il nous donne indique alors le chemin en français !
Qu’ils sont gentils d’indiquer le nombres de marches restantes pour arriver en haut... Et surprise, que ce passe-t-il quand nous pouvons enfin sortir pour admirer la vue ? Des gouttes ! On a repoussé la veille mais finalement, c’est le même résultat.

On prend ensuite le ferry pour rejoindre Ellis Island et visiter le musée de l’immigration. Il y a déjà beaucoup de monde, et beaucoup d’enfants ! En tout, la visite de la Statue et d’Ellis Island nous prendra environ 4h.

On décide alors d’aller casser la croûte sur place plutôt que d'attendre d'être revenu en ville. Filets de poulet et frites pour moi, cheeseburger pour mon frère. M-I-A-M !
On court ensuite pour essayer d’attraper le ferry du retour (au fait, il pleut !), on y est presque... mais non, à croire qu'on on est invisible. Le personnel ferme la barrière et on reste planté là... à attendre le prochain.
Il pleut mais c’est pas grave, on est encore courageux : direction le haut du ferry pour profiter de la vue sur la ville.

On a de la chance, l’appartement n’est pas loin alors on décide de rentrer se sécher un peu et de reposer nos pieds. On reprendra la route une heure plus tard, direction Times Square ! Pour ça, il faut prendre le métro... c’est quoi tous ces panneaux ?! Alors oui, dès qu’on a compris Uptown vs Downtown, ça va à peu près. Mais le nombre de mots sur ces panneaux... Finalement, on arrive sans encombre à Times Square. On sort et là... non pas de claque. Première réaction, "J’voyais ça plus grand..." New York et les tailles je vous dis ! Impossible de se rendre vraiment compte de la taille des bâtiments, des rues ou des places tant qu'on n'y est pas. On marche un peu et là on se rend compte que ce n’est qu’une toute petite partie de ce quartier de fou ! L'avantage de voir Times Square sous la pluie c'est qu'il y a moins de monde que les autres fois où on y sera...

On visite Toy’s R Us et le M&M Store. Rien d’autre ! On aime déjà pas faire les magasins mais alors là c’est de la folie. On se prend en photo avec des legos, les jouets de notre enfance ! On restera sur Times Square environ une heure.

On descend ensuite Broadway avant de tourner à gauche sur la 42ème pour se diriger vers la Bibliothèque de la ville (la NY Public Library), en passant par Bryant Park (en travaux !). Je voyais pas ça comme ça, Bryant Park...

Alors c'est bizarre... il y a des choses qui ont l'air plus petites que ce qu'on imaginait, et d'autres qui sont plus grandes. Je voyais la Reading Room de la NY Public Library plus grande (le fait qu’il y en ait deux identiques ne compte pas, on est bien d'accord). Mais elle est très belle.

On sortant, on voit le Chrysler Building, on ira lui faire coucou un peu plus tard.

Je tiens à faire une petite parenthèse : la propreté des rues (du moins, certaines)...

On continue de marcher sur la 42ème vers l’Est, en direction de la gare de Grand Central. On y est à 18h, autrement dit à l’heure de pointe ! On reste bien sur les côtés pour échapper aux centaines de personnes qui se dépêchent d’attraper leur train. Alors là je dois dire, j'ai été impressionnée par Grand Central. Vraiment très très beau, et très grand ! Beaucoup plus grand que je ne l’imaginais. New York et les tailles, je ne cesse de le répéter...

Oui, oui, apparemment c’est interdit d‘être assis sur les escaliers.

On y reste une vingtaine de minutes avant de ressortir... et qu’est-ce qu’on voit ? Le ciel bleu ! Le ciel bleu derrière la pointe du Chrysler Building illuminée par le soleil, juste magnifique ! On s’arrête quelques secondes, presque sous le choc ! On se regarde, on soupire (et merde y fait beau... Nan je plaisante !). En fait à ce moment là on a les boules, on a comme envie de tout refaire pour voir la ville sous le soleil !

On continue notre marche sur la 42ème, toujours vers l’Est, et j’oublie de le mentionner mais : toujours avec une douleur atroce aux pieds. Ça brûle, à chaque fois que je mets le pied par terre, ça fait mal ! Allez courage... on va jusqu’au Chrysler.

On se retourne, et là, de voir la rue en contre-jour, c’est magnifique. Et je suis énervée, si seulement ça aurait pu être comme ça plus tôt, mais c’est pas grave c’est sûrement la douleur aux pieds qui fait que je suis contrariée.

Ah ben, on est "pas loin" du bâtiment de l’ONU... alors on continue ! Sauf que c’est pas si près que ça en fait.

On monte sur le pont, là on se rend compte qu’en fait ce UN Building il est très moche. Et en travaux ! On décide de ne pas aller jusqu’au bout.

On regarde notre petit carnet avec notre planning et les visites cochées... On se tâte : l’Empire ou pas ? On a les billets avec nous. Allez, y a du soleil (on sait pas pour combien de temps...) alors on en profite : direction l’Empire State Building ! Mais pour ça... rebelotte : près qu’un kilomètre à pied pour rejoindre la station de métro de Grand Central. Aïe, ouïe... allez, encore un petit effort.

On arrive là-bas à 19h. On sera à l'Observatoire à 19h42 (oui, j'ai regardé ma montre juste avant de pousser la porte). Ça fait plus de 11h qu’on crapahute dans la ville... Rester sur place à attendre est encore plus douloureux que de marcher, alors je piétine (d’impatience aussi) sur place.

Première impression en arrivant en haut : déçue. Je sais je suis chiante. Il y a de la brume, le World Financial Center n'est pas bien visible, de gros nuages aux alentours... et je ne semble pas impressionnée. Mais pourquoi ? Peut-être la fatigue et la douleur, encore une fois.

On fait un tour ou deux, en essayant de se faufiler à travers tout ce monde ! Puis la nuit tombe, la ville s'éclaire et là... je suis émerveillée. Encore une fois, cette ville semble être encore plus imposante de nuit ! Absolument magnifique !

On a plus envie de partir. Il est presque 22h quand nous avons retrouvé la terre ferme et que nous sommes ressortis. Et là je peux vous dire : je n’avance plus ! Plusieurs fois je dois demander à mon frère de ralentir, alors qu’on va déjà pas très vite. Il me lance en rigolant "T’as les pneus à plats ?" Ouais, marre toi va ! "Je mets un pied devant l’autre... Sans penser à demain. Je mets un pied devant l'autre... Sans regarder plus loin..."

Dans le métro, par chance, je m’assois... mais après, il faut encore marcher deux kilomètres (ça use, ça use !) pour rentrer jusqu’à l’appartement. Après cette très très longue journée : dodo bien mérité !