États-Unis 2014

De l'autre côté du Lac Michigan

De l'autre côté du Lac Michigan

Après un week-end sous le soleil, les nuages sont de retour. Tant pis on suit le planning. Aujourd'hui on a décidé de faire une virée de l'autre côté du lac Michigan. On prend donc la route vers l'Indiana. Les panneaux à l'entrée des zones de travaux nous convainquent de faire attention et de ralentir : "Faucher un travailleur sur la route = 10 000$ d'amende et 14 ans de prison"… Au moins, ça a le mérite d'être clair.

Image 01
Image 02
Image 03

Notre premier arrêt est l'Indiana Dunes State Park (à ne pas confondre avec Indiana Dunes National Lakeshore) à hauteur de Dunes Creek. C'est assez étrange puisque la région juste avant d'y arriver nous semble très industrielle. Avec toutes ces usines et poteaux électriques, difficile de croire qu'il y a un parc protégé dans les environs. En fait, le parc est entrecoupé de plusieurs industries le long du lac, qu'on voit bien depuis la plage.

Image 04

L'entrée du parc est de $10 puisque nous ne sommes pas de la région. Ça aurait été de 5$ si on était résidents de l'Indiana. Une façon de faire qui ne nous semble pas si bête que ça…
Il n'y a pas grand monde, au moins on est au calme. On se promène sur la plage avant de prendre de la hauteur : on grimpe sur une dune au sommet de laquelle se dresse une plateforme en bois. Les quarante kilomètres en vélo du samedi se font encore sentir quand il faut grimper jusque là haut... Dommage qu'il fasse si gris, un beau soleil n'aurait pas été de refus surtout qu'il ne fait pas très chaud. Cela dit, on a la chance d'avoir un superbe dégradé dans le ciel.

Image 05
Image 06
Image 07
Image 08
Image 09
Image 10

Difficile de s'imaginer la taille de ces dunes mais elles ne sont pas minuscules, loin de là...

Image 11
Image 12
Image 13

De ce côté du lac on peut voir la ville de Chicago par beau temps alors qu'on est à une cinquantaine de kilomètres à vol d'oiseau. Aujourd'hui, on ne fait que l'apercevoir. C'est déjà impressionnant alors quelle vue ce doit être par beau temps !

Image 14

Après plus d'une heure à avoir rempli nos chaussures de sables, on revient à la voiture pour la pause sandwichs. Malheureusement on se fait attaquer par une guêpe tenace. On capitule et on décide de manger en route.

Image 15

On prend le chemin du Michigan. Étrange, Michigan City est encore dans l'Indiana… En route, on s'arrête au milieu de nul part pour un appel Facetime avec nos parents. C'est en raccrochant qu'on remarque quelque chose d'étrange : on a voyagé dans le temps ! Le téléphone indique 14h et la voiture 13h. Eh oui, on a changé d'état, on a changé de fuseau horaire. On vient d'avancer d'une heure. Voilà pourquoi l'heure d'arrivée à notre prochaine destination indiquée par notre GPS nous semblait si tardive…

En arrivant à un carrefour, on voit un camion arrêté dans le même sens que nous au feu vert avec ses warnings qui clignotent : il est censé tourner à gauche, là où sont arrêtés deux autres camions au passage à niveau. Il ne veut tout simplement pas bloquer le carrefour. J'aime leur bon sens !

On arrive dans la petite ville de St Joseph, MI vers 14h30, heure du Michigan… 13h30, heure de l'Illinois. Je ne sais pas comment ils font pour s'en sortir avec ces décalages horaires à travers le pays ! On s'arrête sur un petit parking le long de la route (3h gratuites) puis direction le centre à pieds.

Image 16
Image 17

Ce sont des petites rues calmes avec des commerçants, des restaurants… En été, ça doit être noir de monde. Les parkings en épis devant les magasins nous font penser à un décor de films ou de séries TV. On cherche une carte postale pour Pat et Phil, commentateurs de la Nascar : c'est eux qui avaient parlé de St Joseph pendant leur parenthèses touristiques hebdomadaires. On en avait pris bonne note et heureusement car c'est une très jolie petite ville, bien agréable.

Image 18
Image 19

On s'arrête manger à The Buck : Burgers & Brew. Un délice ! Ce qu'il y a de bien c'est qu'on peut choisir ces ingrédients pour le burger. Merci : enfin un burger sans salade, sans tomate et autre légume (oui, je n'en mange pas; aucun). Que du bon à la place : viande cuite à la perfection, bacon, oeuf et fromages. Pour la baisse de cholestérol, on repassera. Mon frère prend en accompagnement des sweet potatoes fries. Je pensais à tort que ce n'était que des potatoes comme chez nous mais je me suis rappelée en les goûtant la signification du mot sweet : sucré… Finalement, on les laissera de côté. Le reste était excellent mais on a pas réussi à finir.

Image 20
Image 21
Image 22

Vu que c'était notre première fois dans un vrai restaurant, on cherche vite sur internet les infos pour le pourboire : 15% minimum. On laissera 35$ pour une facture de 27$ en espérant que ça suffise et qu'on ne passe pas pour des radins. Vu le sourire de la serveuse on s'en est bien sorti.

Le ventre bien rempli, on descend sur Silver Beach. Il y a un sacré vent et donc de sacrées vagues. Mais avec le phare bien connu de St Joseph ça donne tout son charme à ce paysage. On se croirait on bord de la mer. Un passant aventureux ira même jusqu'au bout de la jetée…

Image 23
Image 24
Image 25
Image 26
Image 27
Image 28
Image 29

Alors qu'on range l'appareil dans le coffre de la voiture, un joggeur qu'on avait croisé plus tôt au bord de la plage nous lance "You should bring the camera down there !" parce qu'apparemment les vagues sont encore plus fortes qu'avant et que c'est magnifique quand elles frappent la jetée et le phare. Mais il est déjà 17h30 et on a encore deux heures de route pour rentrer, on décide donc de repartir pour Chicago et c'est moi qui m'y colle. Évidemment avec la chance que j'ai, je n'évite pas la grosse pluie sur le retour. Je ne suis pas très à l'aise avec toutes ces voies et ces camions qui me dépassent de tous les côtés.

Image 30

Alors qu'on revient sur Chicago, on se prend les bouchons du centre-ville. Mais tant pis, on se dit qu'on ferait bien un petit arrêt à Montrose Harbor, coin qu'on avait découvert quelques jours plus tôt. Il fait extrêmement nuageux : les lumières de la ville se reflètent sur les nuages et leurs donnent une couleur violette. Après un dégradé assez pâle du côté de l'Indiana, nous voilà avec un dégradé orange, violet, bleu foncé absolument magnifique. Comme quoi, le mauvais temps a aussi ses avantages.

Image 31
Image 32
Image 33

Au retour, on ne trouve pas d'endroit où se garer près du pont de Roosevelt Rd. J'aurais bien pris quelques clichés depuis cet endroit que j'avais repéré avant de partir... tant pis, on rentre à l'hôtel car demain, on a de la route. Direction l'Iowa.
Mais qu'est-ce que deux français peuvent bien aller faire en plein milieu de l'Iowa ? Un voyage "atypique", hein ? Juste un peu.