Écosse 2018

L'arrivée à Glasgow

L'arrivée à Glasgow

Une longue journée nous attend… très longue même, car elle commence de bonne heure : le réveil sonne à 2h du matin et quarante minutes plus tard, nous voilà en route pour Francfort. Cette fois, on est quatre : Stéphane et moi, ainsi que nos parents. Ils n'ont pas pu venir avec nous l'année dernière, alors on remet ça, en changeant un peu le parcours pour découvrir de nouvelles merveilles mais aussi leur faire visiter des lieux qu'on a adorés.

Le Holiday Parking de Francfort est réservé et payé, il suffit de scanner un QR code à l'entrée et de trouver une place. Alors qu'on s'approche de la navette armés de nos bagages, elle commence à partir ! Grrr. Heureusement, le chauffeur nous a vu dans son rétroviseur et s'est arrêté juste avant de quitter le parking pour nous laisser monter à bord. Mine de rien, ça nous fait gagner un sacré temps, plutôt que d'en attendre une autre. Parce qu'à 5h du matin, je ne suis pas sûre qu'il y en ai beaucoup…
Stéphane et moi expliquons à nos parents les différentes étapes à l'aéroport : mon père n'a jamais pris l'avion et le dernier vol de ma mère date d'il y a plusieurs décennies. Pour l'instant, on se dirige au comptoir Ryanair pour faire enregistrer nos deux valises en soute. On avait un peu peur pour le poids, mais finalement on a un kilo de rab. Il ne faudra pas trop ramener de souvenirs… On oublie donc la caisse de whisky !
Ensuite, direction la sécurité. Enfin, c'est ce qu'on pensait. Mais nous voilà à montrer nos passeports et cartes d'identité puis un long couloir nous emmène vers notre porte d'embarquement. Et la sécurité, elle est où ? Finalement, elle se fait juste avant d'arriver aux portes d'embarquement. On pensait à tord qu'on allait y échapper ! On avait prévenu nos parents : c'est parfois la pagaille entre les chaussures à enlever, la montre, les vestes, etc. et tout va très vite. Mais en ce bon matin, les agents de sécurité ont l'air bien relax et tout va lentement. Il faut dire qu'il n'y a pas grand monde de si bonne heure. Inutile même d'enlever nos chaussures… sauf pour Stéphane, qui a toujours la poisse dans les aéroports !

Puis l'attente pendant une bonne heure… De peur d'arriver en retard, on arrive toujours trop tôt. C'est un bus qui nous emmène sur la piste, jusqu'à notre avion, un Boeing 737. Malheureusement, le temps est plutôt couvert, on ne verra donc rien de spécial par le hublot. Les parents s'en sortent bien et ne sont pas malades. C'est déjà une bonne chose ! "Je m'attendais à pire", dira mon père. Il faut dire que le vol est très tranquille et ça ne secoue quasiment pas. C'est l'un des plus calmes qu'on ait connu.

IMG_20180412

À l'arrivée à Glasgow, la grisaille nous accueille. Le passage à l'immigration est une formalité avec un agent très sympathique. Je passe la première, avec ma mère. Il nous demande si c'est la première fois qu'on vient. La deuxième dans mon cas, et je suis bien impatiente de sortir de l'aéroport. Stéphane et mon père passent en second. Il leur demandent où on va se rendre pendant notre séjour et si on aime le whisky. Tout ça avec le sourire. Quel accueil ! On est déjà ravis d'être là.

Reste à récupérer les bagages, avant de se diriger vers l'agence de location de voiture. En chemin, on s'arrête quand même chez Starbucks pour boire un café (pour les parents) et un chocolat (pour les enfants !). Et aussi pour manger quelques pâtisseries en guise de petit-déjeuner.

Cette année, on est passés par Alamo, plutôt qu’Europcar. On a l'habitude d'Alamo avec nos derniers voyages aux États-Unis et tout s'est toujours bien passé. Leurs tarifs et la simplicité de réservation nous satisfont à chaque fois.
L'accueil est très sympathique. On a le choix entre un Renault Kadjar ou un Ford Kuga. Stéphane demande à voir la taille du coffre mais la décision est en réalité déjà prise : ce ne sera pas la Renault. L'agent a même préparé le contrat en français sur son iPad : "Ce sera plus simple, avec tous les termes techniques". À cet instant, le soleil est avec nous ! Mais on demande quand même pour les pneus neige, sait-on jamais : ils n'ont aucune obligation légale d'en fournir sur les véhicules. L'agent nous assure en rigolant : "Il ne neigera pas !".

C'est Stéphane qui sera notre chauffeur pour toute la durée du séjour. Il se remet dans le bain et la sortie du parking commence tout de suite avec un rond-point : il faut penser à regarder à droite ! Puis c'est déjà l'autoroute… Finalement, il reprend vite la main pour conduire à gauche.
On loge du côté d'Erskine ce soir, à l'ouest de Glasgow. On ne s'y dirige pas tout de suite puisque la chambre n'est pas encore prête. Il faut dire qu'il n'est même pas 10h… Direction Glasgow pour visiter un peu la ville.

IMG_6536

La visite commence par une balade le long de la rivière Clyde pour admirer l'architecture du SSE Hydro et du SEC Armadillo, des salles d'expositions et de spectacles au design très moderne. Le mélange d'ancien et de nouveau est déjà présent avec une ancienne grue en ferraille. Il fait bon et beau, même si le vent est bien présent.

IMG_6541
IMG_6542

On passe devant le bâtiment de la BBC Scotland, puis du Glasgow Science Centre où de nombreux enfants sont en visite. Au bout, on peut admirer d'anciens bateaux rénovés qui sont à quai, dont le Waverley Glasgow : le dernier bateau à vapeur à roue qui navigue encore en mer.

IMG_6548
IMG_6554

Une longue passerelle couverte de plexiglass nous permet de traverser la voie de chemin de fer pour retourner au parking. On décide d'aller plus au nord-ouest de la ville, vers la célèbre université de Glasgow.
Le parking est juste à côté d'Ashton Lane, les vestiges d'une toute petite ruelle typique. Il y reste quelques bars et restaurants mais elle est traversée en un rien de temps. Dommage que ces endroits ne soient pas plus nombreux. Elle nous rappelle Circus Lane, la petite ruelle d'Édimbourg.

IMG_6557
IMG_6558
IMG_6560
IMG_6561

L'université de Glasgow est quelques rues plus bas. Sa superficie nous parait immense et son architecture est grandiose. Pour les connaisseurs, elle a inspiré le pensionnat de Poudlard dans Harry Potter. L'intérieur est tout aussi impressionnant : la décoration nous transporte dans un autre siècle. Quel cadre pour étudier ! On hésite un peu à entrer d'avantage mais j'avais lu qu'il était possible de la visiter et donc de s'y promener. Les bâtiments extérieurs cachent une cour et un jardin. C'est très calme et peu de monde s'y promène.

IMG_6566
IMG_6571
IMG_6577
IMG_6579

D'après mes recherches, Bute Hall vaut le détour et une très belle exposition se cache au Hunterian Museum, qui est libre d'accès. Le plafond en bois est splendide. D'anciennes pièces romaines, aux squelettes de dinosaures ou d'outils médicaux, il y en a pour tout le monde !
Quelqu'un a laissé un sac posé au sol. Un employé nous demande si c'est à nous…. Négatif. Il parle plus fort, dans cet endroit si calme, pour se faire entendre mais il semble que son ou sa propriétaire ne soit déjà plus entre ces murs.

IMG_6582
IMG_6587
IMG_6593

Il est 13h passé, la faim se fait sentir. On décide de retourner vers la voiture pour ajouter de la monnaie au parcmètre avant de se diriger vers le Jardin Botanique, tout en achetant de quoi se restaurer. L'année dernière, on avait beaucoup aimé les Meal Deals présents dans la plupart des grandes enseignes. Pour 3£ ou 3,50£ (soit moins de 4€), on peut avoir un sandwich, une boisson et un snack (paquet de chips ou petit dessert…). On décide donc d'en profiter à nouveau, tout en mangeant mieux le soir. Le temps de traduire les différentes garnitures de sandwichs à nos parents, puis on se dirige vers le jardin botanique, notre casse-croûte sous le bras. On tente un premier banc mais on est vite entourés par des dizaines de pigeons ! Direction un autre banc. En route, un écureuil semble intéressé par notre nourriture, au point de grimper sur moi, jusqu'à hauteur de mon genou. Il est affamé dites donc !

IMG_6597
IMG_6605

Le ciel commence à se couvrir et la température baisse. Le vent n'arrange pas les choses. On se réchauffe en reprenant notre marche à travers le parc, mais surtout en entrant dans la serre : c'est chaud et humide à volonté avec des plantes du monde entier ! On a l'impression qu'en passant d'une serre à l'autre, la chaleur et l'humidité ne font qu'augmenter.

IMG_6601
IMG_6610

Il est 15h quand on prend la route vers l'Erskine Bridge Hotel, à une vingtaine de minutes du centre. Depuis l’extérieur, il ne paie pas de mine mais le hall est rénové et l'accueil sympathique. La décoration des couloirs dans les étages est très ancienne mais les chambres sont bien. Les parents sont au second étage, et nous, au quatrième. On décide de se reposer quelques heures, avant de ressortir.

Il fait toujours gris quand on se réveille. On renonce à retourner à Glasgow. La ville ne nous emballe pas plus que ça et ça fait de la route pour faire à nouveau l'aller-retour. On regarde ensemble ce qu'on pourrait faire en soirée : la décision est prise de se diriger vers l'ouest et la petite ville de Port Glasgow. Mon père affectionne les bateaux de pêche et le nom a l'air tentant. Sur la route, on dépasse de nombreux cyclistes. Rien d'étonnants me direz-vous, si ce n'est qu'on est sur une voie rapide !

Finalement, pas de port de pêche à l'horizon, mais on fait un petit tour le long de l'eau : le ciel est très couvert, et nous aussi. On a sorti les écharpes, les bonnets et les gants… Il ne fait même pas 10°C et avec la fatigue de cette longue journée, on semble être plus sensible au froid. Après une première halte, on continue jusqu'à Gourock, plus à l'ouest. Les gros nuages laissent parfois passer un rayon de soleil qui éclaire les montagnes alentours. Dommage qu'on ne puisse pas voir leurs sommets ! Mais on reconnait déjà l'Écosse qu'on a tant aimé l'année dernière : celle en dehors des villes, l'Écosse aux paysages envoûtants et à la lumière si spéciale.

IMG_6623
IMG_6631
IMG_6637

Sur le chemin du retour, on s'arrête au restaurant The Waterwheel. La commande se fait au bar. Stéphane et moi galérons un peu pour le choix des bières. On ne s'y connait pas du tout et la serveuse ne semble pas connaître les bières blondes… ou alors c'est que notre dictionnaire se goure totalement. Au final, les parents apprécieront celles qu'on a choisies. C'est l'essentiel ! Ce soir, pour deux repas achetés, deux sont gratuits. Résultat, on ressort avec une facture de 40€ à quatre !

Il est 21h30 quand on rejoint notre hôtel pour une bonne nuit de sommeil… Ça fait près de 20h qu'on est debout. Sacrée première journée ! Demain, on prend la route pour Oban en passant aux abords du Loch Lomond.

Poster un commentaire